Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Portrait du jour : Alain Decortes, auteur du polar "Mémoire de glace"

Dessin baroque avec le glaive, provient du site d’images gratuites « Pixabay",

image modifiée par 

 

 

Actualisation portrait du jour Alain Decortes

Culture et justice développe la rubrique Portrait du jour et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs de la page et reçoit avec infiniment de plaisir le romancier Alain Decortes auteur de quatre romans, dont  Mémoire de glace, paru aux Les éditions du Loir en janvier 2020.

Des études scientifiques et une carrière dans l’informatique, rien ne destinait Alain Decortes à l’écriture. Mais son attrait pour la rhétorique lui fera prendre goût au monde des arts et des lettres, d’abord comme lecteur et spectateur, puis comme comédien amateur et auteur de pièces de théâtre et de romans policiers. 

Il est l’auteur des livres Les Disparues du festival, Suriname Connexion et Les Ailes noires du goéland.  

Mémoire de glace est son quatrième roman policier. 

Bienvenue Alain sur le blog des “aficionados du crime”. Ph. P

 

Nous souhaitons aujourd'hui la bienvenue à un nouvel auteur sur Culture et justice . Bonjour Alain Decortes !

Bonjour et merci pour votre invitation.

Entrons tout de suite dans le vif du sujet : quel genre d’auteur êtes-vous ?

Un auteur au parcours atypique. En effet, avec des études scientifiques et une carrière dans l’informatique, rien ne me destinait à l’écriture. Jusqu’à la cinquantaine, je n’ai pas laissé beaucoup de place aux arts et aux lettres. Au lycée, les matières scientifiques étaient mes principaux centres d’intérêt.

Quelques signes précurseurs auraient toutefois dû m’alerter : En classe de 6e, je créais des petits poèmes acrostiches pour les filles à qui je n’osais déclarer ma flamme, ma professeur de Français en classe de seconde avait réussi à me faire lire Germinal jusqu’au bout et à m’intéresser aux poèmes de Gérard de Nerval et j’ai gardé le latin jusqu’au bac malgré ma filière scientifique.

Mais pendant près de trente ans, mon intense activité professionnelle a mis un couvercle sur toute velléité littéraire.

Comment le couvercle a-t-il réussi à sauter ?

Mon cerveau artistique s’est réveillé au début des années 2000 grâce au théâtre.

À cette époque, j’ai rejoint en tant qu’acteur une troupe de théâtre amateur. En parallèle, j’ai éprouvé le besoin de (re)prendre la plume. J’ai écrit des nouvelles et des romans de tous genres. J’en ai parfois publié en cercle privé (heureusement, car je reconnais volontiers mon manque de maturité d’auteur à l’époque).

Une demande de ma troupe pour écrire une pièce, puis une seconde et la machine était relancée.

En 4 ans, 4 romans :

Les Disparues du festival 

Suriname Connexion ,

Les Ailes noires du goéland ,

en auto-édition pour les trois premiers, et le petit dernier, Mémoire de glace, paru aux éditions du Loir en janvier 2020.

Quel est le genre littéraire de vos romans ?

Ce sont des polars, même si je prends souvent, pour ne pas dire toujours, quelques libertés avec les codes du genre. L’enquête est bien là et je me plais à la rendre compliquée, mais j’éprouve aussi le besoin de lui adjoindre des histoires parallèles portées tantôt par des relations amoureuses, tantôt par la complexité de la nature humaine.

J’aime mettre en scène des personnages récurrents tout en gardant une totale indépendance pour chacun de mes romans que l’on peut donc découvrir sans avoir lu les précédents.

Dans tous vos romans, qu'elles soient ange ou démon, vous faites la part belle aux femmes. Pensez-vous que les femmes sont de plus grands catalyseurs d'émotions ?

Ange ou démon ? C’est exact. J’avoue avoir créé dans mes livres aussi bien des saintes que des monstres. Elles sont attachantes pour certaines, terrifiantes pour d’autres. Et il est vrai que j’ai davantage de facilités à transcrire les émotions lorsqu’elles émanent de personnages féminins. J’ignore s’il y a un lien caché avec la répartition du lectorat polar (80% sont des lectrices).

Comment trouvez-vous l’inspiration ?

J’ai la chance d’avoir une imagination débordante. Je n’ai jamais de souci pour trouver l’ébauche d’une intrigue quand je me lance dans un nouvel opus. Je fais toutefois preuve de vigilance pour éviter le piège du scénario réchauffé (du genre cette scène ressemble trop à la scène d’un roman précédent), et surprendre chaque fois mes lectrices et mes lecteurs.

Que craignez-vous le plus à la sortie d’un nouveau roman ?

D’avoir laissé une erreur grossière dans l’histoire, une incohérence, une faute de chronologie…

De décevoir mon lectorat.

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.

 

Stella et Arnaud ont tout pour être heureux : ils sont jeunes, fous amoureux et viennent de se marier. Après un séjour mouvementé en Amérique du Sud, ils ont posé leurs valises dans la maison d'enfance de la jeune femme et ils aspirent à une vie tranquille. Mais la visite de Jerry Martinez, jeune gendarme ambitieux rencontré pendant le festival de théâtre amateur de Condrieu, va en décider autrement. Ce dernier veut débusquer un tueur en série qui, il en est certain, sévit depuis plusieurs mois dans la région. Il a conçu une méthode de traque originale basée sur des algorithmes. Raillé par ses collègues qui ne voient dans cette approche qu'une simple lubie de geek, il sollicite le couple pour l'aider dans son enquête. Fascinée, Stella participera bien malgré elle à une chasse à l'homme qui la mènera de la Côte d'Azur au massif du Pilat et la livrera à ses démons intérieurs.

 

  • Éditeur : Les éditions du Loir (17 janvier 2020)

 

 

 

Culture et justice rassemble des informations relatives à l’actualité culturelle sur les questions de justice... mais pas que ... Histoires, romans, portraits du jour, salon de livres... 

Page indépendante sans but lucratif administrée par Philippe Poisson et Camille Lazare, membres de l'association Criminocorpus.

https://www.facebook.com/pageculturejustice

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.

Tag(s) : #portrait du jour criminocorpus

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :