Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

http://comediennes.org/video/files/actrices/isild-le-besco-aufonddesbois_benoit_jacquot_affiche-film-800.jpg 

L'histoire : Joséphine, la fille d'un médecin humaniste du 19e siècle, dont le chemin croise celui d'un jeune homme des bois ...


Entretien avec Benoît Jacquot :


Quelle est l’origine d’Au fond des bois, qui est votre 18ème long métrage pour le cinéma ? Dans un journal (Libération), je suis tombé sur une chronique régulière de Marcela Iacub (voir note biographique ci-dessous), qui est une historienne du droit, à la fois très savante et très provocatrice, et dont le travail m’avait toujours intéressé. Dans ses chroniques, elle racontait des affaires judiciaires, dans un passé plus ou moins lointain, qui avaient pu faire jurisprudence ou mettre en lumière de véritables cas de droit. Ces faits divers avaient toujours un relief singulier et une part romanesque, mais dans le cas précis qui a inspiré ce film, à savoir l’affaire Timothée Castellan, j’ai immédiatement eu l’idée, presque entière, d’un film possible...

Les roueries de la sujétion :


On a de plus en plus tendance, de nos jours, à relativiser les critères classiques du consentement : on suppose que les gens sont dominés, manipulés, assujettis psychiquement, fragiles devant toutes sortes d’influence plus ou moins sournoises. On pense ainsi être très modernes et prendre en compte les avancées les plus récentes de la psychologie et de la sociologie. Ce sont pourtant de très vieilles questions. Voici l’étrange affaire qu’eut à juger la cour d’assises du Var, le 29 et 30 juillet 1865, rapportée par un juriste de la fin du XIXè siècle, et sur laquelle il serait bon que chacun aujourd’hui encore se fasse son opinion. Le 31 mars 1865 un mendiant aux deux jambes estropiées nommé Timothée Castellan, âgé de 25 ans, arrive au hameau de Guiols. Il demande l’hospitalité à monsieur Hugues, qui y habitait avec sa fille Joséphine, âgée de 26 ans, à la moralité parfaite...

Clinique de l'amour par Gérard Wajcman :


On connaît la petite histoire qu’Hitchcock raconte à Truffaut, du scénariste qui avait des idées formidables la nuit, en dormant, et qui, ayant réussi un soir à en noter une, retrouve au matin un papier sur lequel est écrit : Garçon tombe amoureux d'une fille. Quand on voit un film comme Au fond des bois, ce n’est pas la malice de la blague d’Hitchcock qui frappe, plutôt qu’elle dit simplement la vérité simple du cinéma : Garçon tombe amoureux d'une fille, c’est l’idée formidable du cinéma. Comme si, avec le crime, il avait été inventé pour ça, pour montrer comment un garçon et une fille se rencontrent, s’observent, se tournent autour, se contournent, se détournent, se touchent, se prennent, se trouvent, se ratent. Toujours la même histoire de notre humanité irréparablement coupée en deux. Un art aura été créé pour observer l’étrange chorégraphie des sexes, le ballet universel et universellement changeant de nos pas de deux...

http://www.cinemovies.fr/fiche_film.php?IDfilm=20585

 

 

http://www.metrofrance.com/_internal/gxml!0/4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf$kgj0q9kpa6kjiqs14hu3yfyk8njz484.jpeg

 

Juriste spécialisée en bioéthique, Marcela Iacub est une fine observatrice des mœurs contemporaines. Libertaire, provocatrice pour les uns, choquante pour les autres, elle défend toutes les formes de sexualité et dénonce avec force leur encadrement légal. Seules les sonorités de son accent, et de son prénom, trahissent ses origines sud-américaines. L’Argentine, précisément, où elle est née il y a quarante-trois ans. Cette précoce juriste y a exercé la profession d’avocate dès l’âge de 21 ans. « J’étais trop jeune, c’était un peu ridicule », confessera-t-elle plus tard. Pour le reste, Marcela Iacub présente tous les attributs typiques de « l’intellectuel à la française » : prises de positions tonitruantes, passes d’armes avec des hommes politiques ou des chercheurs, chroniques régulières dans les journaux, production littéraire riche et surprenante… Et un parcours universitaire sans fautes. Sa marque de fabrique ? Observer nos mœurs à travers le droit.

 

L'intégralité de cet article est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous

http://www.psychologies.com/Culture/Philosophie-et-spiritualite/Maitres-de-vie/Marcela-Iacub

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :