Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Le 27 août 1830, au matin, stupeur au château de Saint-Leu, coquet manoir du Val d'Oise, au pied de la forêt de Montmorency ! Un valet découvre le propriétaire dans sa chambre, pendu à l'espagnolette de la fenêtre, les pieds touchant le sol.

 

Le vieil homme (74 ans) n'est autre que Monseigneur Henri Joseph de Bourbon-Condé, le père du malheureux duc d'Enghien, celui-là même qui fut fusillé à Vincennes sur ordre du Premier Consul Bonaparte. C'est l'une des plus grandes fortunes du royaume. C'est aussi un proche parent du roi Louis-Philippe 1er, porté sur le trône un mois plus tôt, à la faveur des Trois Glorieuses, comme du roi précédent, Charles X. Alban Dignat

En savoir plus



http://www.decitre.fr/gi/87/9782262013387FS.gifVoici l'histoire surprenante de Sophie Dawes, fille d'un pauvre pêcheur de l'île de Wight, que le duc de Bourbon, dernier prince de Condé, a tirée en 1811 des bas-fonds de Londres pour l'installer dans son lit, puis dans sa vie.


En 1818, il la marie à un officier dont il fera son aide de camp, le baron de Feuchères, pour lui assurer une situation tout en continuant à l'avoir sous la main. Séparée de son époux en 1824, bannie de la Cour et du milieu aristocratique, l'habile et énergique Sophie fait tout pour regagner sa position perdue, mettant Talleyrand et le futur Louis-Philippe dans son jeu. C'est que le duc de Bourbon, sans héritier depuis la mort tragique de son fils le due d'Enghien en 1804, est l'une des plus grosses fortunes du royaume. Or, le 27 août 1830, peu après l'avènement de Louis-Philippe, le vieux duc est trouvé pendu à l'espagnolette de sa fenêtre, au château de Saint-Leu.


Par testament, il avait réparti son immense succession entre le duc d'Aumale, le dernier fils du roi, et sa maîtresse. Très vite, diverses circonstances troublantes conduisent à douter de la réalité du suicide. Qui alors aurait eu intérêt à cette disparition ? Les regards se tournent vers les Tuileries, et le scandale menace de devenir dévastateur. En fait, comme l'auteur réussit à l'établir, la vérité sur cette mort était d'une tout autre nature. La baronne de Feuchères, victime d'un lynchage médiatique, parvint à échapper aux assises et finit là d'où elle était venue, à Londres, abandonnée de tous, en 1840. À travers l'itinéraire d'une aventurière balzacienne, l'auteur fait revivre cette société du premier XIXe siècle, où se croisent anciens émigrés, demi-soldes, bourgeois parvenus, femmes du monde et du demi-monde, têtes couronnées et valets de chambre, dans les intrigues de l'amour, de l'argent et de la politique.

 

La baronne de Feuchères (1790-1840). La mort mystérieuse du duc de Bourbon

Pierre Cornut-Gentille

Broché

Paru le : 06/04/2000

Éditeur : Perrin

 

L'auteur en quelques mots en 2000 ...

 

Pierre Cornut-Gentille, qui conjugue la pratique du droit et le goût pour l'histoire, a publié chez Perrin L'Honneur perdu de Marie de Morell.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :