Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/25/9782916294025FS.gifDate de parution : 15/11/2005 - Gabriel Ranvier naît à Baugy (Cher) le 8 juillet 1828.


Fils de cordonnier. Peintre et décorateur sur porcelaine. Initié franc-maçon en 1863. Blanquiste, il milite pour la Révolution à la fin du Second Empire dans les réunions publiques à Belleville, ce qui lui vaut d'être condamné à la prison pour "attaque contre le gouvernement établi". Libéré de Mazas après le 4 septembre 1870, il est élu commandant du 141e bataillon de la Garde nationale. Ami de Gustave Flourens, il participe à la journée insurrectionnelle du 31 octobre 1870.

 

Incarcéré le 4 novembre, il est élu le lendemain maire du XXe arrondissement lors des élections municipales, un scrutin invalidé par le gouvernement "pour état de failli". Ranvier, qui s'évade début février 1871, n'assiste pas à son procès du 23 février qui aboutit à son acquittement le 10 mars. Délégué au Comité Central de la Garde nationale, il est impliqué dans l'insurrection du 18 mars 1871, date à laquelle il reprend ses fonctions de maire du Xxe.

 

Élu le 26 mars par cet arrondissement, c'est lui qui proclame la Commune à l'Hôtel de Ville le 28. Siégeant dès le 30 mars à la commission militaire, Ranvier prend part à la sortie des fédérés du 3 avril. Le 1er mai, il vote pour l'institution d'un Comité de Salut public et combat avec acharnement jusqu'au dernier jour de la Commune le 28 mai. Réfugié à Londres, il y reprend son métier tout en militant.


Condamné par contumace le 28 novembre 1871 par le 5e conseil de guerre à vingt ans de travaux forcés pour "pillage en réunion ou en bande et à force ouverte d'une propriété particulière appartenant à Mr Thiers", il est de nouveau jugé et condamné à la peine de mort par le 4e conseil de guerre le 14 juillet 1874 pour excitation "à la guerre civile", "fonction dans des bandes armées", "incendie", provocations "à faire des barricades" et "à l'assassinat des otages".


Il gagne l'Italie en 1878. Non amnistié, malade, passant par Paris, Gabriel Ranvier meurt à Belleville le 25 novembre 1879.

 

Gabriel Ranvier (1828-1879) ; le Christ de Belleville

Le Christ de Belleville, blanquiste, communard et franc-maçon, maire du XXe arrondissement de Paris

Auteur : Alain Dalotel

Éditeur : Gerald Dittmar

Date de parution : 15/11/2005

Genre : Blanquisme  /  Paris ( France)

 

L'auteur en quelques mots en 2005 ...

 

http://www.andreleo.com/IMG/cache-381x343/dalotel106_reduit-381x343.jpgAlain Dalotel, chercheur en histoire sociale, a travaillé sur le thème de la rupture d'où, après une maîtrise et une thèse sur l'Histoire de la République démocratique et sociale à Popincourt, 1870-1871, de nombreux articles et des ouvrages portant sur les grèves, les émeutes, les insurrections, les Révolutions, la Résistance, le féminisme.


Membre de plusieurs sociétés savantes et associations, il a participé comme animateur ou communicant à un nombre respectable de colloques ou d'émissions à France Culture, Fréquence Montmartre, Radio Aligne, Radio Libertaire... et à quelques films sur la Commune, dont ceux de Peter Watkins et Medhi Lallaoui. Parmi ses écrits, on peut citer Aux origines de la Commune, le mouvement des réunions publiques à Paris 1868-1870, Actes et mémoire du peuple, François Maspero, 1980, avec Alain Faure et Jean Claude Freiermuth, Paule Minck, communarde et féministe 1839-1901, Mémoire des femmes, Syros, 1981, Le maquis des Glières, Plon, 1992, De la Chine à la Guyane, Mémoires du bagnard Victor Petit 1879-1919, La Boutique de l'Histoire éditions, 1996, Mes souvenirs sur les événements des années 18'10-1871, d'Emile Maury, fourrier au 204 bataillon de la Garde nationale de Paris, La Boutique de l'Histoire éditions, 1999, André Léo (1824-1900) la Junon de la Commune, Association des Publications Chauvinoises, 2004.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :