Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


http://medias.francetv.fr/bibl/url_images/2009/01/28/image_50980342.jpgLundi trente décembre 1946, 4h00 du matin, le téléphone sonne à la gendarmerie de Mézières en Brenne, signalant la disparition du garde-chasse. Dès le lever du jour, les recherches sont immédiatement entreprises. C’est le personnel de Blizon qui met en œuvre les moyens de recherche sur le terrain. Les gendarmes recueillent les premiers témoignages. Désiré Brunet évoque notamment l’altercation entendue par lui la veille. Dès le début de l’enquête, l’hypothèse du crime est avancée comme une quasi certitude. Un rapport de gendarmerie de ce jour relate l’audition de Mme Boistard. Répondant à la question lui demandant de préciser qui pouvait en vouloir à son mari, Mme Boistard désigne deux suspects : Alphonse Menan et Gabriel Thiennot. Menan est un exploitant agricole, militant communiste « notoire », pour reprendre le terme utilisé par les gendarmes. Il se serait vanté, selon Mme Boistard et ce, dans plusieurs cafés de Mézières en Brenne, d’avoir « descendu deux gardes du château du Blizon » ! Mme Boistard désigne également Gabriel Thiennot, évoquant à ce propos une affaire d’armes de guerre détenues par Gabriel, anomalie qu’elle se proposait de signaler aux gendarmes. Menace qui lui avait valu une réaction violente de Thiennot. Elle avait, pour ce fait, déposé une plainte à la gendarmerie de Mézières. À la question posée par un gendarme, Mme Boistard estime, ce trente décembre 1946, que Gabriel Thiennot « est capable d’avoir tué son mari » ! Terrible appréciation dont on va mesurer très vite les conséquences ! 

Menan est entendu. Il a un alibi en béton et il est fort justement relâché. C’est au tour de Gabriel Thiennot d’être déféré à la brigade de gendarmerie de Mézières en Brenne et interrogé sur son emploi du temps de la veille.

Paul Naudet est entendu à son tour. Il évoque les agissements de ces polonais de la Blinerie. Des gens que l’on ne connaît pas…

Grosjean et Niceron sont également interrogés. Ils relatent ce qu'a été leur journée de chasse du dimanche.

Le terrain est fouillé, un chien policier participe aux recherches. Il semble attiré par la ferme des Mis ainsi que par un dépôt de fagots situé dans la cour de la ferme « Prends garde à toi ».

La famille Mis est alors assignée à résidence. La garde devant la Blinerie est montée par les gendarmes et le personnel du Blizon, au rang desquels on note la présence de Henri Béthune ainsi que celle de M. Jean Lebaudy.

L'intégralité de ce dossier est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous

Révision du procès Mis et Thiennot : un devoir de mémoire

http://www.misetthiennot.org/content/l%E2%80%99affaire-mis-et-thiennot-commence%E2%80%A6

 

 

Crédit photographique sur le blog

paris-ile-de-france-centre.france3.fr/info/ce...

 

 

Liens utiles sur le blog

 

Les enfants du brouillard : l'affaire mis et thiennot

Les enfants du brouillard : l'affaire mis et thiennot

article - 12/07/10 - Les Enfants du brouillard : l'affaire Mis et Thiennot - Quatrième de couverture : Jean-Claude Derey, romancier installé dans l'Indre, a enquêté en historien pendant quatre ans sur un…

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-les-enfants-du-brouillard-l-affaire-mis-et-thiennot-53804693.html


Le crime des puissants ?

Le crime des puissants ?

article - 10/06/09 - Le crime des puissants ? - Les Enfants du brouillard : l'affaire Mis et Thiennot Quatrième de couverture Jean-Claude Derey, romancier installé dans l'Indre, a enquêté…

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-32493916.html

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :