Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://www.fabula.org/actualites/documents/45259.jpgLes présentations des éditeurs : 18/05/2011 - À partir des années 1960, la révolution sexuelle avance sans arrêt. La femme se libère des normes de la société conformiste et puritaine, et l'exprime dans sa littérature, surtout en poésie, en devenant la protagoniste de sa parole poétique. Elle n'est plus un objet de désir, mais un sujet d'Éros. Anticonformiste et libérée, elle nous offre une poésie centrée sur la libération de son corps. Plus que légère ou grivoise, la nouvelle Ève de la poésie est un auteur à plein titre.

La poésie érotique féminine contemporaine de cette anthologie, une nouveauté absolue dans le monde de l'édition, est un signe des temps. La femme y quitte le masque imposé par la nuit de l'histoire, avec une forte prise de conscience. Le lecteur va découvrir une extraordinaire prise de la parole. La littérature rose féminine n'est enfin plus sous le signe de l'interdiction. La femme s'analyse et se narre, laisse parler son être, en liberté, pour une délivrance qu'elle attendait depuis toujours.

AUTEUR : Giovanni Dotoli, professeur de langue et littératures françaises à l'université de Bari, est l'auteur de nombreux livres, articles et essais publiés en Italie, en France et dans d'autres pays. Il a dirigé, en 2010, l'Anthologie de la poésie érotique française du Moyen Âge à nos jours. Directeur de plusieurs collections et revues, Officier de la Légion d'Honneur et Grand Prix de l'Académie Française, il est poète de langue italienne et de langue française.

Les courts extraits de livres : 18/05/2011

Extrait de l'introduction

« Écrire c'est sodomiser le lecteur ».
Catherine Breillat

« Ça te plairait de jouir rien qu'avec des mots... Il faudrait que je continue, tout le temps ».
Alina Reyes

1. Libération d'éros

La presse, les médias, la toile, la publicité, les dialogues entre filles et garçons, un nouveau sens de l'humour, tout semble nous dire que le monde a changé en matière d'éros. Éros est désormais un signe de civilisation, un acte de plaisir, une révélation de notre imaginaire. L'idée chrétienne de faute s'éloigne de plus en plus. Les corps et les esprits se libèrent au jour le jour. Les symboles d'éros nous entourent de partout.

On redéfinit éros à l'échelle des masses. Nous assistons à une grande révolution sexuelle qui libère le désir, « sans tabous ni obsession »'. C'est probablement l'affirmation d'«un art de vivre collectif où se joue peut-être une nouvelle valeur de l'humain»2, observe Marc De Biasi.

Deux grands mouvements atteignent leur victoire : la psychanalyse freudienne et l'affirmation de certaines valeurs de la révolution de mai 1968.

Le réel s'érotise. Une nouvelle curiosité se répand. On débusque le désir de partout. La tradition n'est pas abandonnée, mais elle est valorisée et analysée sous un nouveau regard. L'art, la littérature, le cinéma, la télévision, les radios libres, l'Internet, nous inondent d'objets d'amour et de visions de la femme. Les censeurs ne sont pas morts, naturellement, mais ils apparaissent comme des personnages du désert, d'un monde révolu. Le nudisme n'intéresse même plus : il fait désormais partie de la norme. Dans toute bataille puritaine, c'est toujours le puritanisme qui perd. L'utopie des plaisirs fait partie de notre vie.

Dès 1970, la censure rend sa liberté au cinéma. On a la sensation d'une liberté physique et mentale. La pilule, en vente depuis 1967, libère à jamais la femme. La peur ancestrale de la procréation non voulue est morte à jamais. La femme décide librement de son corps. La séduction revient avec tout son potentiel.18/05/2011

Mai 1968 pose la sexualité au centre de la révolution de la société. Dans les rues de Paris l'on s'écrie : « Interdit d'interdire ». Sur les murs on lit : «Jouissez sans entrave». On a l'impression que le paradis de la vie soit durable. La mode, la vie courante, l'intime, s'emparent de ce nouvel éros. Le corps devient transparent : mini-splip, string, fines cotonnades, disparition des poils, minimalisme de couverture.

Cinéma et littérature montrent le sexe et en parlent ouvertement. Après mai 1968, pendant une vingtaine d'années, on assiste au triomphe du hard et du X. De nous jours, on télécharge : c'est l'élargissement de l'éros numérique. Une cascade d'images d'éros nous inonde. Les tabous millénaires sont un souvenir : on reconnaît sans problème l'homosexualité masculine et féminine.


La raison de ce changement est claire. « L'érotisme est le problème des problèmes », souligne Georges Bataille. «Entre tous les problèmes - ajoute-t-il -, l'érotisme est le plus mystérieux, le plus général, le plus à l'écart». Élément universel et individuel, c'est une expérience mystique, une «cohésion de l'esprit humain», une lignée d'énergie qui nous accompagne de notre naissance à notre dernier jour. C'est la vie elle-même, c'est le signe de notre animalité ancestrale dans le jardin, de notre joie au paradis terrestre, « une plaque archaïque, préhumaine », d'après Pascal Quignard, dans la fascination de la nature.

La poésie érotique féminine française contemporaine

Auteur : Giovanni Dotoli

Date de saisie : 18/05/2011

Genre : Poésie

Éditeur : Hermann, Paris, France

Collection : Savoir. Lettres

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :