Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782842303891.jpgDocument 2010 - Tout le monde connaît Calamity Jane...

Ou du moins son nom, sa réputation de pétroleuse et d'héroïne à la gâchette facile sur fond d'Ouest sauvage, et quelques images éparses : sauvetages de diligences, cuites mémorables, langage de charretier et amours passionnées avec le beau Wild Bill Hickock, qui fut traîtreusement abattu par le lâche Jack McCall lors d'une fatale partie de poker, au Saloon n° 10, à Deadwood...

Qu'y a-t-il de vrai dans tout cela ?

Du vrai, du mythe, des histoires colportées en premier lieu par l'intéressée elle-même...

Mais au-delà de la légende, comment une fille de paysans comme les autres a-t-elle pu en arriver à s'habiller en homme, entrer dans l'armée, défier la chronique, côtoyer Buffalo Bill et devenir célèbre de son vivant ?

Des témoignages de ceux qui l'ont bien connue se dégage un personnage attachant : toute sa vie, et malgré la célébrité, Martha Canary fut une marginale, une errante, qui préférait la compagnie des bonshommes à celle des dames patronnesses et le whisky à l'eau bénite. Une sacrée personnalité, généreuse, courageuse, cabocharde, cabotine. Une femme seule dans un monde d'hommes.

Sa vie connut des hauts et des bas, des sommets de gloire et des dérives pathétiques ; c'est une longue farce tragicomique qui est ici contée.

Certains connaissent aussi les Lettres à sa fille, ce journal adressé par Calamity à la fille qu'elle aurait abandonnée, et qui aurait été adoptée par une famille aisée. Cet ouvrage retrace l'histoire mouvementée de ce manuscrit aussi poignant que controversé, ainsi que la vie de Jean McCormick, la petite Jeanie des Lettres.

Gregory Monro est né 1975. Il apprend la comédie à l'âge de 9 ans et réalise de nombreux courts-métrages qui ont fait le tour des festivals. Il a acquis, après plusieurs années de recherches, le précieux manuscrit de Calamity Jane : Lettres à sa fille. En attendant de porter à l'écran un long métrage inspiré de l'histoire vraie de ces lettres, il a initié et contribué à la nouvelle édition inédite des Lettres à sa fille, parue en 2007 aux Editions Payot & Rivages, vendue à plus de 30 000 exemplaires. En parallèle, Gregory Monro produit un documentaire retraçant le mythe de Calamity Jane. Transmettre sa passion et l'histoire de cette femme au destin extraordinaire, tel est le souhait de ce jeune homme.

 

  • La revue de presse Elisabeth Sancey - Paris-Match du 4 novembre 2010

 

Martha Canary, alias Calamity Jane, à la fois «reine des plaines» et vagabonde infréquentable, est connue dans toute l'Amérique, à la fin du XIXe siècle. C'est la première superhéroïne «made in USA», icône des ancêtres des «comic books», les «dime novels», romans à 10 cents...

Un ovni que décrit un journaliste, en 1877 : «Elle s'exprime bien, n'imite personne : elle est l'original d'elle-même, méprise l'hypocrisie, et elle fond facilement en larmes. Elle est sociable, et pourtant, lorsqu'elle s'anime, elle a toute l'audace du lion ou du diable en personne.» Son surnom, «Calamity», ferait référence à son don pour provoquer des troubles à l'ordre public - «Jane» étant un surnom générique pour les femmes de basse condition.

 

  • La revue de presse Julie Joly - Lire, octobre 22010

 

"Calamity Jane" : ce nom signe à lui seul l'histoire d'une légende. Celle de l'Amérique des exploits, de la ruée vers l'or, des maisons closes et de la formidable conquête de l'Ouest. Un monde de mâles, dans lequel une femme a bravé tous les interdits, jusqu'à devenir une célébrité adulée de ses contemporains...

Mais qui connaît Martha Jane Canary, la femme, bien réelle, qui se cache derrière ce surnom ? Après dix années de recherches minutieuses, un réalisateur français, Gregory Monro, publie Calamity Jane. Mémoires de l'Ouest, le premier ouvrage retraçant au plus près de la vérité la vie de ce personnage mythique du Far West - photos, documents et témoignages à l'appui.

 

  • Les courts extraits de livres : 06/11/2010

 

Deadwood, Dakota du Sud, dans les toutes premières années du XXe siècle : dans les rues en terre battue de cette ville de pionniers, rendez-vous historique des aventuriers, joueurs, chercheurs d'or et hors-la-loi de tout poil, Calamity Jane est une figure bien connue des habitants et des patrons de saloons. Tous saluent volontiers sa silhouette pittoresque, un peu alourdie par une vie mouvementée, par la fatigue, et surtout par son goût immodéré pour la boisson.

Pour survivre, celle qui a vécu tant de vies, tenu des saloons, soigné des malades et aimé le fameux Wild Bill Hickok vend aux visiteurs de passage, pour quinze cents, l'«histoire de sa vie», Vie et Aventures de Calamity Jane, par elle-même : un court recueil d'anecdotes héroïques plus ou moins inventées, avec des Sioux farouches, des desperados sans foi ni loi et des diligences en détresse, le tout dicté à un journaliste et imprimé sur quelques feuillets.

Les dates sont souvent fantaisistes, les exploits enjolivés sans vergogne, les épisodes les moins glorieux pudiquement laissés dans l'ombre, mais qu'importe : le résultat ne manque pas de panache... Et pour quelques pièces de plus, la figure féminine la plus célèbre du Far West cède des photos du temps de sa splendeur. Car cette femme est une célébrité de son vivant déjà. Une vraie people, dirait-on aujourd'hui.

Depuis vingt-cinq ans les journaux et les dime novels, ces petits livres de poche à dix cents qui se vendent comme des petits pains, ont chanté sur tous les tons les exploits de Calamity Jane la scandaleuse. Inventant, déformant et brodant à loisir, au point qu'il est encore difficile aujourd'hui de démêler le vrai du faux, ils ont fait d'elle - avec sa complicité roublarde et flattée - l'héroïne de cette conquête de l'Ouest qui forge son mythe en temps réel.

C'est un monde régi et commandé par l'homme. Un monde d'hommes dans lequel une femme a voulu s'immiscer : Calamity Jane. Au même titre que Billy the Kid, Jesse James, Buffalo Bill ou Wild Bill Hickok, Calamity Jane a incarné la légende de l'Ouest.

À la différence de tous, c'était une femme. Une calamité ? Certes elle buvait, jurait, fumait, chiquait, montait à cheval, maniait le pistolet et s'habillait comme un homme. Vantarde, alcoolique, gouailleuse et mal embouchée, elle le fut sans aucun doute. Infréquentable pour les saintes-nitouches, cela va sans dire. Mais ce fut aussi une femme indépendante et amoureuse des grands espaces, courageuse et généreuse, qui défendait farouchement sa fierté et sa liberté.

Calamity Jane : mémoires de l'Ouest

Auteur : Gregory Monro

Date de saisie : 06/11/2010

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Éditeur : Hoëbeke, Paris, France

Collection : Beaux livres

Acheter Calamity Jane : mémoires de l'Ouest chez ces libraires indépendants en ligne :


L'Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :