Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/02/9782841412402FS.gifDocument 2010 - L'affaire des vedettes de Cherbourg fut l'un des plus retentissants scandales des années soixante.


De la rade de Cherbourg à Haïfa, la rocambolesque évasion de cinq vedettes de guerre placées sous un strict embargo par les autorités françaises fut souvent présentée comme un exploit du Mossad, le service secret d'Israël. Exploit fructueux car, engagées dans les combats de la guerre de Kippour, les ex-vedettes de Cherbourg, ont révolutionné la guerre navale. La plume précise et claire de Justin Lecarpentier nous explique pourquoi.


Ce livre apporte une réponse à de nombreuses questions restées dans l'ombre à l'époque. A commencer par celle de l'éventuelle complicité d'une partie de l'administration française et de l'illégalité de l'opération. Il analyse en détail le contexte politique et militaire de la construction des vedettes, l'importance de la modernisation stratégique de la marine israélienne. Il apporte un passionnant éclairage sur la saga de Félix Amiot, patron des CMN et décortique les relations du constructeur des vedettes, avec la presse locale, Israël, le gouvernement français...


Le retentissement, dans le monde entier, de l'évasion des vedettes fut, involontairement, la plus formidable publicité pour les Constructions Mécaniques de Normandie utilisant des sources inédites, Justin Lecarpentier a bâti, sur des sources inédites, l'histoire la plus fouillée, la plus complète du scandale qui a passionné l'opinion publique.

Rapt à Cherbourg - L'affaire des vedettes d'Israël

Justin Lecarpentier

Broché

Paru le : 12/03/2010

 

 

http://www.ouest-france.fr/of-photos/2010/03/19/caNO_2822162_1_apx_470_.jpgDocument 2010 - Étudiant en histoire à Caen, Justin Lecarpentier, s'est plongé dans l'incroyable aventure qui fit le tour du monde. Des patrouilleurs israéliens ont filé à l'anglaise la nuit de Noël 1969.

« À la maison, cette histoire revenait régulièrement dans les discussions familiales. Mon père, qui avait travaillé pour les chantiers Amiot, nous racontait comment, un soir de Noël, cinq patrouilleurs que le chantier avait construits, ont filé sans crier gare. » Cette histoire, digne d'un roman d'espionnage, c'est celle des vedettes de Cherbourg.

À 2 h 30 dans la nuit du 24 au 25 décembre 1969, cinq patrouilleurs construits pour Israël mais placés sous embargo, mettent leurs puissants moteurs en marche. « Tout Cherbourg a dû les entendre, mais personne n'y a prêté attention. Depuis des semaines, sous prétexte d'essais, les équipages avaient habitué la population à ces démarrages nocturnes », raconte Justin Lecarpentier.

Cette fois, nul test de machines, mais un appareillage préparé dans le plus grand secret. Au nez et à la barbe des autorités, les cinq patrouilleurs rapides embouquent les passes de la grande rade, cap sur Haïfa. « L'affaire avait été bien préparée. Elles ont effectué un premier ravitaillement en carburant en mer au sud du Portugal et un second dans le sud de Malte. » Le 31 décembre, les « vedettes de Cherbourg » font une entrée triomphale en Israël. Une opération rondement menée et un coup de pub fantastique pour le chantier naval cherbourgeois.

Par la suite, Félix Amiot, patron des Constructions mécaniques de Normandie, vendra des dizaines de patrouilleurs à différentes marines. « Ces bâtiments de guerre, très légers et bien armés, filaient à plus de 40 noeuds (70 km/heure). » Israël en avait commandé une douzaine à la France pour assurer la protection de ses côtes et répliquer à la marine égyptienne.

Des archives « Secret défense »

Avant « ce rapt incroyable, les médias et le grand public ne savaient rien, ou presque, de ces bateaux de guerre, explique Justin Lecarpentier. Félix Amiot avait obtenu que même les médias locaux se montrent discrets. » Le 27 décembre, quand l'affaire est révélée dans les journaux, comme Ouest-France, elle prend immédiatement une dimension internationale. Aujourd'hui, on dirait qu'elle fait un buzz.

Cherbourg, déjà connue du monde entier pour les parapluies de Jacques Demy, fait la « Une » planétaire. « Puis l'affaire est vite tombée dans l'oubli. Très peu d'ouvrages lui ont été consacrés, indique l'étudiant. Alors, quand j'ai dû choisir le thème de mon master I, l'idée de plonger dans les archives m'est venue presque naturellement. »

Justin Lecarpentier a pu accéder à des documents qui n'avaient jamais pu être consultés. Dans son livre, il lève le voile sur l'organisation de l'opération qu'il restitue dans le contexte très tendu du Moyen-Orient. Un regret : « Certaines archives ont été classifiées secret défense. Elles ne seront accessibles qu'en 2048. » Une partie du mystère des « vedettes de Cherbourg » reste donc à découvrir.

L'épopée des « vedettes de Cherbourg »

vendredi 19 mars 2010

http://www.ouest-france.fr/region/normandie_detail_-L-epopee-des-vedettes-de-Cherbourg-_8618-1302575_actu.Htm

Jean-Pierre BUISSON.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :