Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/7/9/5/9782752902597.jpgUne jeune fille passe son bac à la veille du 18 juin 1940 et décide d’aller rejoindre de Gaulle à Londres. La voici engagée à dix-neuf ans dans le Corps féminin des Forces françaises libres. Cinq années de guerre, dont quatre sous le Blitz. Années pendant lesquelles elle tient scrupuleusement son journal intime – ici publié tel qu’il a été écrit, sous la seule dictée de l’instant.

 

Autour d’elle, des hommes et des femmes s’aperçoivent que « résister » ne va jamais de soi. Elle-même observe, découvre le monde des adultes. Elle fait face avec les moyens de son âge, mais surtout avec la force de son caractère – et celle de son regard. Car d’emblée, elle a pris le parti le plus exigeant : celui de la lucidité. Naïve parfois, impudique par souci de ne pas tricher, clairvoyante surtout, Tereska Torrès livre la chronique d’un moment-clé de l’aventure de ce siècle.

Un classique parmi les témoignages sur la dernière guerre.

 

Un document exceptionnel marqué par la franchise de la jeune Tereska, qui découvre tout ensemble l’amour, son corps, la guerre et les enjeux de ce que l’on appelle l’Histoire.

 

Une française libre , Journal, 1939-1945
Paru en 03/2007

 

 

Juillet 1944

Journal de Tereska Torrès, à Londres


http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/interviews/tereska/tereska.jpg- "Tu commences la vie en pleine guerre, mon bébé (4), tes parents sont des soldats (…). Tes parents n’ont ni argent, ni maison, ils sont en exil, et toi, tu es leur espoir, tu es ce monde futur dont ils rêvent et pour lequel ton père demain partira se battre sur le front de France (…).

 

Pendant que nous bavardons ensemble, les sirènes hurlent. Il y a encore une alerte. Des bombes que l’on vient d’inventer, des espèces d’avions sans pilotes, éclatent de tous côtés, le soir vient, et le black-out avec lui ; dans le métro, des milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, de vieillards, dorment dans la poussière et la saleté, étendus sur le pavé, pâles et effrayés (…).


C’est la guerre. Chaque seconde, des hommes meurent. La Normandie est ravagée. En Europe, les enfants n’ont rien à manger. Pour toi, la guerre ça ne sera plus qu’une histoire que tu apprendras en classe et qui t’ennuiera peut-être, alors souviens-toi que cette guerre, tu y as pris part, que tu existais déjà au moment du fameux second front et qu’en ce moment le plus grand sacrifice que je puisse te faire, c’est que je ne pars pas en France avec ton papa (5), pour que rien ne t’arrive, mon enfant chéri."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :