Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/83/9782746705883FS.gifDocument 2005 - Est-il possible d'apporter du neuf sur une période autant étudiée que les années noires ? A partir d'archives inédites, l'historien britannique Simon Kitson a fait des découvertes inattendues sur le contre-espionnage allemand sous Vichy.


De 1940 à 1942, dans la zone non occupée et les colonies françaises, les services spéciaux vichyssois ont arrêté environ 2 000 espions allemands. Une quarantaine d'entre eux furent exécutés par l'armée de l'armistice. D'autres furent torturés et, en 1941, les services ont effectué les premières tontes de femmes pour "collaboration horizontale". Simon Kitson démontre que cette activité anti-allemande ne fut pas seulement le fait de services spéciaux imbus de traditions germanophobes ; le châtiment des espions allemands entrait également dans la politique du gouvernement de Vichy.


Doit-on alors rejeter le travail historique des trente dernières années qui insiste sur l'étendue de la collaboration de Vichy ? Doit-on oublier la complicité active de l'État français dans la déportation vers la mort de près de 76 000 juifs ou encore son rôle dans l'arrestation de résistants ? L'auteur répond par la négative et souligne les contradictions de la politique du gouvernement de Vichy, dont la volonté d'affirmer son indépendance à l'égard des Allemands s'exprime à travers le contre-espionnage de 1940 à 1942 tout en cohabitant avec un désir sincère de collaboration avec l'occupant, notamment contre les juifs et les communistes.


Au cœur de cet ouvrage, se trouve une interrogation paradoxale sur les possibilités par un pays occupé de préserver sa souveraineté alors que le gouvernement affichait en même temps une politique de collaboration.

 

Simon Kitson

Broché

Paru le : 07/01/2005

Collection : memoires

 

 

L'auteur en quelques mots en 2005...

 

Simon Kitson a soutenu sa thèse sur la police de Vichy en 1995 à l'Université du Sussex, travail primé par l'Institut des hautes études de la Sécurité intérieure.


Maître de conférences à l'université de Birmingham, l'auteur fut chercheur associé à l'Institut d'histoire du Temps en 2000-2001. Il est le correspondant britannique de la revue XXe siècle.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :