Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

06/01/2014 - Napoléon créa l'Ordre de la Légion d'honneur.

De Gaulle créa l'Ordre national du Mérite.

Le premier Ordre eut pendant des décennies une réticence marquée pour accueillir dans ses rangs des femmes et encore en ce début du 21ème siècle, le nombre de celles-ci dans les distinctions les plus élevées reste plus que modeste...

L'Ordre national du Mérite a d'emblée considéré que la parité faisait partie des valeurs de la République.

Après un demi-siècle d'existence, il était nécessaire de dresser un bilan de l'Institution, ce que l'auteure a réussi avec brio.

  • Les courts extraits de livres : 06/01/2014

CRÉATION DE L'ORDRE

L'ordre national du Mérite est le plus jeune des ordres nationaux français. Il est le deuxième ordre national, l'ordre de la Libération n'étant plus décerné. Sur une proposition du général Catroux, grand chancelier de la Légion d'honneur, l'Ordre a été créé par le général de Gaulle le 3 décembre 1963.

Ce décret n°63-l 196 du 3 décembre 1963 paru au Journal officiel du 5 décembre 1963, précisait que :

«La création d'un second ordre national s'inscrit dans un plan d'ensemble de revalorisation des décorations, dont la promulgation du code de la Légion d'honneur et de la médaille militaire a marqué la première étape.»

«L'objet du présent décret est de parachever l’œuvre entreprise par l'institution d'un second ordre national. Il est apparu souhaitable en effet de donner au Gouvernement le moyen de récompenser des mérites ne présentant pas toutes les qualifications requises pour la Légion d'honneur et de faciliter, dans certains cas, l'octroi de décorations à des personnalités étrangères.

Cet ordre nouveau s'intitulera l'ordre national du Mérite. Distinct de la Légion d'honneur par son objet, il récompensera les mérites distingués et non plus éminents ; il a en propre son organisation, sa discipline et sa hiérarchie ; il est doté d'un conseil de l'ordre distinct, mais présidé par un chancelier qui est en même temps le grand chancelier de la Légion d'honneur, son grand maître étant naturellement le Président de la République. L'administration en est organiquement confiée à la grande chancellerie de la Légion d'honneur. Il est composé de chevaliers, d'officiers, de commandeurs ; les dignitaires de l'ordre sont les grands officiers et les grands'croix. Les membres de l'ordre du Mérite sont nommés dans la limite des contingents fixés par le grand maître. Les mérites exceptionnels ne peuvent être récompensés que sous réserve d'une certaine durée de services.

Les étrangers peuvent se voir attribuer des distinctions dans l'ordre du Mérite dans des conditions analogues aux conditions prévues pour la Légion d'honneur.

Au surplus, une pareille création mettant à la disposition du grand maître une gamme de distinctions honorifiques résout les difficultés que présente l'attribution de décorations aux étrangers aussi bien aux ambassadeurs qu'aux personnes de la suite des chefs d'État en visite à Paris auxquels ne peuvent être conférés actuellement que des grades dans la Légion d'honneur, sous le signe de la réciprocité.»

Le Président de la République est de droit grand maître de l'Ordre et le grand chancelier de la Légion d'honneur de droit chancelier de l'ordre national du Mérite.

Tous les Premiers ministres sont élevés par le Président de la République à la dignité de grand'croix après six mois de fonction.

L'Ordre récompense, en France et à l'étranger, les mérites distingués reconnus après un minimum de 10 ans soit dans une fonction publique, civile ou militaire, soit dans l'exercice d'une activité privée. Il est conçu comme l'ordre de la Légion d'honneur et compte de même trois grades et deux dignités. Son organisation, sa discipline et sa hiérarchie sont identiques, ainsi que nous venons de le voir dans le décret.

(...)

  Auteur : Danièle Déon-Bessière  Préface : Jean-Louis Georgelin  Date de saisie : 06/01/2014  Genre : Documents Essais d'actualité  Editeur : Ed. de l'Officine, Paris, France

Auteur : Danièle Déon-Bessière Préface : Jean-Louis Georgelin Date de saisie : 06/01/2014 Genre : Documents Essais d'actualité Editeur : Ed. de l'Officine, Paris, France

Tag(s) : #Femmes dans la société, #Société - Travailleurs sociaux
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :