Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lorsque Chen Uen, monstre sacré de la bande dessinée taïwanaise disparu précocement en 2017, rend hommage au père des historiens asiatiques, Sima Qian, sous la houlette d’une jeune et prometteuse maison d’édition nantaise, cela donne l’une de ces petites merveilles qui enchantent ce début d’année.

Des Assassins, superbe volume enrichi d’une érudite notice rédigée par d’éminents spécialistes, se propose en effet de compiler les faits d’armes de cinq bretteurs légendaires qui sacrifièrent leur vie afin d’abattre un tyran au cours de la tumultueuse période antique des Royaumes combattants. Sima Qian (145-86 av. J.-C.), qui est à l’extrême-orient sino-centré ce qu’Hérodote fut à la Méditerranée gréco-latine, choisit ainsi de sublimer ces cinq héros, incarnations des vertus chevaleresques dont il entend édifier son lecteur. De Cao Mo (VIIe s. av. J.-C.), qui préféra épargner sa proie pour mieux lui administrer une leçon de politique, au mythique Jing Ke (mort en 227 av. J.-C.), qui échoua à faire périr sous sa lame le roi de Qin et futur premier empereur de Chine, les personnages sont tous devenus des monuments du Wuxia, le récit historique ...

 

Tag(s) : #Bandes dessinées
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :