Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/86/9782266157186FS.gif

 

Document 2006 - Sylvain Tesson retrace l'itinéraire des évadés de Sibérie pour rendre hommage à tous ceux qui cherchent la liberté.

« Il y a cinquante ans, quelques hommes innocents, condamnés à une vie de détention, ont de la Sibérie à l'Inde refusé le destin d'esclaves que leur promettait Staline et se sont évadés. Ils préféraient les dangers de la traque à l'indignité du servage. Pour recouvrer la liberté, ils n'avaient d'autre choix que de faire route vers le sud. Sans vivres, sans cartes, sans assistance, ils devaient franchir à pied les taïgas, les steppes mongoles, le désert de Gobi, le Tibet, l'Himalaya, les jungles du Bengale. 6000 kilomètres d'étendues hostiles. Le plus sublime itinéraire qui puisse se concevoir pour un géographe, le plus cauchemardesque qui puisse se présenter devant les pas d'un voyageur. Mais tous avançaient, aimantés par le plus beau des motifs de voyage : la reconquête de la liberté.

Je suis donc parti retracer leur itinéraire pas à pas. Huit mois, de la Sibérie au golfe du Bengale. C'est cet itinéraire qui relie le septentrion aux zones subtropicales que j'ai nommé l'axe du loup car, en ces parages, seuls se pressent les pillards, les évadés, les pauvres hères en rupture de banc. Par définition les chemins de la liberté sont des chemins de traverse, des sentiers jamais battus, des routes de rupture...

J'ai traversé la Mongolie sur un cheval que j'ai nommé Slavomir. Je l'ai acheté à un pasteur mormon intégriste qui ne souffrait plus que sa monture pâturât hérétiquement les bosquets de cannabis sauvage qui poussent sur les bords de la rivière Selenga ! J'ai fendu avec lui les steppes de Mongolie, j'ai peiné à travers le désert de Gobi, j'ai traversé à vélo les plateaux arides du Tibet que peuplent les moines tibétains et les flics chinois, j'ai passé l'Himalaya à pied en plein hiver à l'heure où yacks et nomades sont déjà redescendus puis j'ai renoué avec le foisonnement de la vie dans les jungles du Sikkim et suis arrivé à Calcutta au bout de mes joies, à bout et en peine. J'ai connu tout ce qu'on va chercher de plein gré en se lançant dans pareilles aventures : le froid, la faim, la solitude extrême. Chaque kilomètre m'a coûté, mais la splendeur de la haute Asie a récompensé mes efforts.


C'est la double histoire des évadés et de ma propre aventure vécue en leur hommage que j'ai écrite dans «L'Axe du Loup». Et parce que selon les mots d'une ancienne déportée, «en Russie, à présent, on a le droit de se souvenir, mais pas encore le devoir de mémoire... »».

Sylvain Tessona publié « On a roulé sur la terre » (1996) et « La Marche dans le ciel » (1998), avec Alexandre Poussin, et « La Chevauchée des steppes » (2001) avec Priscilla Telmon.

 

  • La revue de presse Jeanne de Ménibus - Le Nouvel Observateur

http://www.decitre.fr/gi/35/9782848680835FS.gif

 

Tour du monde à vélo, traversée de l'Himalaya à pied : quand on connaît son palmarès, on est tout surpris de trouver Sylvain Tesson rasé de près dans un café de Saint-Sulpice... Rien ne le met plus en appétit qu'un horizon qui se dérobe. Ou un nom porteur de rêve : Tchita, Yakoutie, Lhassa, Darjeeling, la Haute-Asie est un trésor en la matière. Son périple solitaire est né d'un récit de Slavomir Rawicz. Echappé d'un goulag sibérien, ce Polonais aurait rallié à pied le golfe du Bengale. A l'époque, l'auteur avait été accusé de «tartarinades». Sylvain Tesson, lui, a voulu rendre hommage aux évadés politiques, ces «porteurs de souffle». Depuis l'arrivée des bolcheviques, ils furent des centaines de dissidents, soldats de l'armée blanche ou moines bouddhistes, à défier cet axe du loup. Au contraire des voies traditionnelles, ce trajet offre sur 6000 kilomètres une diversité de milieux naturels unique... Sylvain dort dans les isbas en ruine, se jette sur les maigres zakouski qu'on lui propose entre deux vodkas, joue à cache-cache avec les ours, improvise des bains de minuit dans les rivières gonflées par la chute des neiges... Si les transitions géographiques sont abruptes, les étapes restent monotones : «Dans le désert de Gobi, il m'est arrivé de passer des journées entières sans que le paysage ait varié d'un iota. J'avais un cheval noir et un blanc. Dans ces moments d'infinie pauvreté intellectuelle, je me faisais une joie de changer d'enco-lure !» Face au vertige, sa chance fut d'être un contemplatif. «Mon seuil d'émerveillement est très bas : je peux rester des heures à observer un insecte.» De quoi nourrir une sensibilité poétique qui transparaît à chaque page du livre...

L'axe du loup : de la Sibérie à l'Inde sur les pas des évadés du Goulag

Auteur : Sylvain Tesson

Genre : Guides Tourisme, Voyages

Éditeur : R. Laffont, Paris, France

 

Acheter L'axe du loup : de la Sibérie à l'Inde sur les pas des évadés du Goulag chez ces libraires indépendants en ligne :


L'Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

 

 

Ce titre dans d'autres formats & éditions

L'axe du loup. De la Sibérie à l'Inde, sur les pas des évadés du Goulag
Poche (Pocket) 5,61 €

L'axe du loup. De la Sibérie à l'Inde, sur les pas des évadés du Goulag
(Robert Laffont) 19,00 €

Tag(s) : #Goulags soviétiques - chinois
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :