Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51M4PV1MNNL._SL500_AA300_.jpgDocument 2005 - Le Train des fous est le récit d'un drame généralement ignoré, parce que tu. Il s'agit de l'abandon à la mort d'êtres humains: 40.000 de plus que n'en condamnait la mortalité ordinaire dans les hôpitaux psychiatriques, pendant la seconde guerre mondiale. Le Train des fous est un roman. Il est cependant bâti sur des faits réels et résulte d'une longue enquête dans le plus grand des établissements psychiatriques: celui de Clermont-de-l'Oise.

"Laissez-les mourir" aurait pu être le mot d'ordre du gouvernement de collaboration d'alors. Comment cela fut-il possible? Et pour quelles raisons? C'est ce à quoi s'attachent Pierre Durand bien sûr et aussi les textes qui entourent le roman: ceux de Patrick Tort, de Lucien Bonnafé et d'Armand Ajzenberg.

Quand en 1988 paraît pour la première fois Le Train des fous, un éminent historien nie la responsabilité de Vichy dans ce drame. Il avance, pour l'expliquer, l'argument du contexte historique. Il lui aura fallu cependant, pour rendre crédible son argumentation, éliminer des faits: d'abord les réticences vichystes à donner aux malades mentaux des suppléments alimentaires (représentant 1,25 calorie - moins d'un gramme de pain - par Français et par jour), suppléments qu'il accordait aux malades des hôpitaux généraux.

Ensuite il lui faudra éliminer les idéologies qui feront que les élites vichystes, de 1940 à 1945, aient pu, sans décrets exterminatoires, choisir la façon la plus "économique" (l'expression est d'Alexis Carrel - voir notre article L'affaire Alexis Carrel) de traiter les fous: par la faim et le froid. Une telle manière de fabriquer l'histoire conduirait, si on l'acceptait, à ce qu'entrent dans celle du temps présent, comme "morts sans intérêt", ceux qui pendant la seconde guerre étaient "des malades sans intérêt".

Nous avons choisi de publier, avec l'aimable autorisation des Éditions Syllepse, d'amples extraits de la présentation d'Armand Ajzenberg, qui explique bien la responsabilité des théories d'Alexis Carrel dans cette horrible histoire, ainsi que la tentative d'un éminent historien (Henri Rousso, voir aussi notre édition du 19 octobre 2004) de nier la responsabilité de Vichy dans ce drame.

©2001, Éditions Syllepse.

www.amnistia.net/.../trainfou/trainfou_452.htm


 

Le train des fous

Un livre de Pierre Durand

Jeudi 24 février 2005

 

 

Le train des fous : C'est une ré-édition du roman de Pierre Durand que les éditions Syllepse nous propose.

 

Ce livre est composé de deux parties distinctes : le roman et une première partie où vont intervenir Armand Ajzenberg pour en faire la présentation et Patrick Tort et Lucien Bonnafé pour les préfaces.


Cette première partie en fait nous retrace le contexte historique, nous présente les critiques qui avaient suivi la première diffusion de ce roman et nous reparle aussi de Carrel (Alexis) dont un passage du " Train des fous" est consacré à cet homme qui a partagé avec les nazis l'obsession de l'éradication de la folie.


120 000 internés peuplaient les asiles pour aliénés en 1940. C'était malheureusement une " population à risque " quand survint le passage sous le pouvoir ségrégateur, pétri d'idéologie selectionniste, de la collaboration.


Sous l'occupation, pour pouvoir survivre, il fallait avoir recours au marché noir, les tickets de carte d'alimentation ne suffisaient pas. Ce système de marché noir excluait de fait les hospitalisés. Les hôpitaux généraux avaient droit à des suppléments pour leurs malades mais pas les hôpitaux psychiatriques.


Il y eu alors une Surmortalité terrible chez les malades mentaux hospitalisés qui est évalué à 40 000 morts !!!


Des malades sans intérêts ? oui, c'est une opinion fort répandu parmi l'élite Vichyste ! Il faut dire qu'en France, dans le contexte de guerre, beaucoup de Français pensaient que les fous étaient des dégénérés dangereux pour la race et économiquement nuisibles.


A la même époque le IIIème Reich pratiquait sur son territoire l'extermination des malades mentaux. Alors en France, sans loi, sans décret les individus chargés du ravitaillement ont choisi la façon la plus économe de traiter les malades mentaux : l'extermination douce par le froid et la faim.


Dans les hôpitaux psychiatriques se côtoyaient toutefois les fous, les gardiens de fous mais aussi des résistants, des infirmiers, des collaborateurs, des héros, des gens simples, des patriotes, des salauds et des futurs déportés. Et tout ce monde après la guerre s'est englué dans un silence assourdissant.


En 1981 la publication de la thèse du Dr Max Lafont a soulevé des réactions de malaise et d'hostilité et commencé à ouvrir l'espace du souvenir et de la parole.


Nul n'est irresponsable de ce qui se passe là où il est concerné.


Le cadre du roman de Pierre Durand est un hôpital à une soixantaine de kilomètres de Paris au Nord. Il recevait 5000 personnes qui venaient de Seine et Oise et de Seine et Marne. Les malades mentaux y étaient mis en dépôt dans lieux dits " d'isolement " ou " d'agités ". Il s'agissait là du comble de l'humanité dans une fonction de renfermement-garderie mortifère.

Le roman mêle habilement l'histoire d'un homme qui se retrouve à l'hôpital de Clermont d'une façon particulière, est-ce un malade mental ? est-ce un amnésique ? Celui ci nous entraine dans une histoire de résistance, de bonne sœur, d'allemand, de gardiens de fous, de mort, de froid, de misère.


Le triste record des malades mentaux hospitalisés morts est tenu par cet hôpital de Clermont de l'Oise.


C'est en 1999 qu'à Clermont de l'Oise était inaugurée une stèle à la mémoire des 3063 morts de cet hôpital, morts de froid, morts de faim. C'est une histoire que personne ne connaît…Combien est nécessaire cet ouvrage !!!


http://www.serpsy.org/des_livres/des_livres/train_fous.html


Anne Marie Leyreloup


Lire aussi : L'extermination douce de Max Lafont

 

Liens utiles sur le blog

 

1 2 3 4 5

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :