Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle/FAYARD/2010/9782213642611-G.jpgDans la légende noire de l'histoire de France, Pierre Cauchon occupe les premiers rangs. Traître et retors, le juge de Jeanne d'Arc, au service de l'ennemi, en l'occurrence les Anglais, porte de plus un si vilain nom... Voyez sa méchante tête dans les cartons de l'Histoire de France en bandes dessinées (1977 et 2008), et son cadavre qui semble encore saisi d'effroi.

 

L'historien Jean Favier, grand spécialiste de la période, n'entend pas, après tant d'autres, se faire le juge du juge. Il ouvre d'ailleurs la biographie de l'évêque en démentant justement l'assimilation de son nom à celui du cochon sans qu'on puisse, pour autant, être certain de son origine. Le parti pris est tout autre. Le médiéviste entend, en effet, situer la carrière ecclésiastique et le parcours politique de Cauchon, né vers 1371, dans une très vaste fresque qui raconte les crises politiques et religieuses du XVe siècle, la guerre de Cent Ans, le déchirement des princes du royaume avec la folie du roi Charles VI (1380-1422) et le grand schisme qui voit s'affronter les papes et les obédiences rivales à partir de 1378. Favier fait le portrait de Cauchon parmi ses pairs, les universitaires, les clercs du temps, et les saisit à l'œuvre, "pris dans la tourmente", selon un terme qui guide les propos de l'auteur : "Au fil des ans, maître Pierre a compris que rien n'était anormal puisque rien n'était normal."

 

Homme politique

Le jeune Cauchon, issu de la bourgeoisie rémoise, s'investit dans l'université sans pour autant finir ses études de théologie. Il devient surtout, de plus en plus, un homme politique d'influence auprès du duc de Bourgogne Jean sans Peur, en pleine guerre civile. Après les campagnes victorieuses des Anglais et le traité de Troyes, qui fait du roi d'Angleterre l'héritier du trône de France, Cauchon, désormais évêque de Beauvais, sert en homme de confiance le régent anglais Bedford. Quand Jeanne d'Arc est capturée (mai 1430), il entend fermement prendre l'affaire et le procès en main puisque, argue-t-il, la Pucelle a été saisie dans son diocèse.

Bref, Cauchon n'est pas un simple "homme de paille". Mort en 1442, il ne verra pas la réhabilitation de la Pucelle où il est dit que "Feu Monseigneur Pierre Cauchon" mena le procès "par une passion désordonnée".

"Pierre Cauchon. Comment on devient le juge de Jeanne d'Arc", de Jean Favier : la "passion désordonnée" de Pierre Cauchon

LE MONDE DES LIVRES | 09.09.10 | 12h37  •  Mis à jour le 09.09.10 | 12h37

www.lemonde.fr/livres/article/2010/09/02/le-j...


PIERRE CAUCHON. COMMENT ON DEVIENT LE JUGE DE JEANNE D'ARC de Jean Favier. Fayard, 726 p., 27 €.

Nicolas Offenstadt

Article paru dans l'édition du 10.09.10


 

Lien utile sur le blog

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :