Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sous-officiers de Napoléon. La garde impériale. Tome II : La Cavalerie

L'uniformologie a aujourd'hui de nombreux adeptes. Pourtant, si les uniformes des officiers et soldats de l'armée française, toutes époques confondues, ont inspiré une littérature prolifique, ce n'est pas le cas des tenues des sous-officiers. Parents pauvres de cette gigantesque entreprise d'archéologie vestimentaire, les sous-officiers sont, dans le meilleur des cas, mentionnés au passage dans les études les plus fouillées, mais le plus généralement oubliés avec mépris dans les ouvrages de vulgarisation.

Francis Jolivet a choisi de s'attaquer à l'époque napoléonienne qui, plus que toute autre, a permis aux sous-officiers de donner la mesure de leurs compétences, de leur courage et de leur abnégation. Son premier tome était consacré aux unités d'infanterie, de marine, du génie, d'artillerie, du train et de la gendarmerie de la garde consulaire, puis impériale.

Avec ce second volume, c'est sur la cavalerie qu'il braque les projecteurs, reconstituant dans le détail, à l'issue de plusieurs années de recherches, l'organigramme de chaque unité, pour rendre leur place aux sous-officiers dont il détaille les uniformes, les grades et les galons qu'il a reproduits avec la plus extrême minutie au travers de trente et une planches en couleur.

Sous-officier lui-même, Francis Jolivet est né le 29 mai 1953 à Stanleyville (Congo-Belge). A l'issue d'une jeunesse passée le plus souvent hors de France et notamment en Irlande, il s'engage à l'âge de dix-huit ans au titre de l'armée de Terre et gagne ses premiers galons de sous-officier à l'École d'application de l'arme blindée et cavalerie de Saumur en 1971.

D Après avoir servi au 1er régiment de chasseurs à Phalsbourg, puis au 2e régiment de chasseurs à Verdun, où il commande un peloton de chars de bataille, il est affecté dans les états-majors parisiens.

Depuis 1998, il est responsable de l'hébergement opérationnel et soutien logistique Vigipirate à l'état-major de la région terre Ile-de-France, dont il a également été président des sous-officiers de 2002 à 2004.

Passionné d'uniformologie, il est l'auteur de Uniformes, décorations, armes et harnachements équestres de l'empereur Napoléon 1er (ECPAD) et de Sous-officiers de Napoléon : la garde impériale, Tome 1 - Infanterie, marine, génie, artillerie, train et gendarmerie (L'Esprit du livre éditions).

Sous-officier lui-même, Francis Jolivet est né le 29 mai 1953 à Stanleyville (Congo-Belge). A l'issu d'une jeunesse passée le plus souvent hors de France et notamment en Irlande, il s'engage à l'âge de dix-huit ans au titre de l'armée de Terre et gagne ses premiers galons de sous-officiers à l'Ecole d'application de l'arme blindée et cavalerie de Saumur en 1971. Après avoir servi au 1er régiment de chasseurs à Phalsbourg, puis au 2e régiment de chasseurs à Verdun, où il commande un peloton de chars de bataille, il est affecté dans les états-majors parisiens. Depuis 1998, il est responsable de l'hébergement opérationnel et soutien logistique Vigipirate à l'état-major de la région terre Ile-de-France, dont il a également été président des sous-officiers de 2002 à 2004. Passionné d'uniformologie, il est l'auteur de Uniformes, décorations, armes et harnachements équestres de l'empereur Napoléon 1er (ECPAD) et de Sous-officiers de Napoléon : la garde impériale, Tome 1 - Infanterie, marine, génie, artillerie, train et gendarmerie (L'Esprit du livre éditions).

Editeur : L'Esprit du Livre (22 mai 2009)

Tag(s) : #Repères Consulat et 1er Empire
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :