Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/6/8/4/9782259198486.jpgDocument 2006 - Ce sont des révélations explosives que le commissaire divisionnaire Aimé-Blanc publie dans ce nouveau livre sur la police des années 70-80. A travers le personnage de Jean-Pierre Maion, son indicateur - un ancien des commandos OAS tombé dans le grand banditisme - Lucien Aimé-Blanc brosse une. fresque cruelle et sans concession des moeurs politico-policières sous la Ve République. De l'affaire Ben Barka aux tripotages de la cellule élyséenne, en passant par l'assassinat de Pierre Goldman et celui d'Henri Curiel ; de la " French connection " aux frères Zemour ; de la lutte secrète contre le FLNC aux attentats meurtriers du GAL contre les Basques, ce sont vingt années d'intrigues et de manipulations exposées pour la première fois dans leur stupéfiante et grinçante nudité.

Lucien Aime-Blanc rentre dans la police, en Janvier 1962. Commissaire adjoint de la Brigade Mondaine en 1964, il rentre en 1966 à la «Brigade anti-gang». Il dirige en 1974 la brigade des stups de Marseille, où il contribue au démantèlement de la «French Connection» et ensuite l 'Office Central de Répression du Banditisme à Paris. En 1981, il est nommé chef de la 4e Section de la Direction Centrale de la Police Judiciaire. En 1982, il part comme Directeur du SRPJ de Lille, où il restera jusqu'en 1986. Il entame alors une carrière africaine. La chasse à l'hommeest son premier livre.

 

  • La revue de presse Patrick Jarreau - Le Monde du 21 avril 2006

http://image.radio-france.fr/_media/img17959.jpgJusqu'à sa retraite, en 1993, à l'âge de 58 ans, Lucien Aimé-Blanc (en photographie) fut un de ces chefs de la police dont les noms sont familiers à force d'apparaître dans des faits divers de haut vol. Sa carrière de star a toutefois été écourtée par une insolite mutation à Lille, en 1982, après qu'il eut dirigé des services prestigieux à Paris : l'Office central de répression du banditisme (OCRB) et la 4e section de la police judiciaire. Celui auquel il dut cet éloignement occupe une large place dans ce livre de souvenirs, le deuxième après La Chasse à l'homme (Plon, 2002), consacré à la traque du gangster Jacques Mesrine.

C'est en effet la relation que M. Aimé-Blanc a entretenue avec un indicateur sous le coup d'un mandat d'arrêt pour trafic d'armes et d'explosifs qui lui a valu une enquête de l'inspection générale de la police nationale, puis sa nomination à la tête du service régional de police judiciaire de Lille. L'indicateur en question, baptisé Jean-Pierre Maion pour décourager d'éventuelles poursuites, s'appelait en réalité Jean-Pierre Maïone-Libaude. Lié à l'extrême droite et aux réseaux Algérie française, ancien membre des "commandos Delta" de l'OAS (Organisation armée secrète), il a été soupçonné d'être mêlé à l'assassinat de Pierre Goldman, un marginal de la gauche révolutionnaire tué en 1979 à Paris. Arrêté à Paris en juillet 1981, condamné à un an de prison, il en est sorti en juin 1982 et a été abattu à son tour, une semaine plus tard, dans le Cher.

Tout en se gardant de formulations catégoriques, M. Aimé-Blanc fait état de faisceaux d'indices conduisant à imputer à Jean-Pierre Maïone-Libaude l'assassinat d'Henri Curiel, ancien militant communiste égyptien, à Paris, en 1978, et celui de Pierre Goldman. Il raconte aussi que le même homme, passé de l'activisme d'extrême droite au gangstérisme, a été utilisé par la police pour infiltrer et manipuler le nationalisme clandestin corse, lui-même truffé de militants formés à l'extrême droite, notamment à Nice...

M. Aimé-Blanc reproduit aussi des comptes rendus d'écoutes téléphoniques prouvant que le gouvernement de l'époque était informé des préparatifs de l'enlèvement de Mehdi Ben Barka, le dirigeant de l'opposition marocaine assassiné à Paris en 1965.

L'indic et le commissaire

Auteur : Lucien Aimé-Blanc

Date de saisie : 03/03/2010

Genre : Biographies Autobiographies Contemporaines Anthologies/Dico

Éditeur : Plon, Paris, France



Acheter L'indic et le commissaire chez ces libraires indépendants en ligne :


L'Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :