Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Portrait du jour - Phil Smans, un scientifique en Eaux Troubles avec Mark Zellweger

Dessin baroque avec le glaive, provient du site d’images gratuites « Pixabay",

image modifiée par 

 

NOUVEAU portrait du jour : Phil Smans

Culture et justice développe la rubrique Portrait du jour, ouvre ses pages aux fidèles lecteurs de la page et reçoit avec infiniment de plaisir Phil Smans

 

Phil Smans est ingénieur polytechnicien et détenteur d'un MBA.

Sa carrière a débuté par vingt ans de postes managériaux au sein de plusieurs entreprises multinationales, en Belgique et à l'étranger.

Dans cet environnement empreint de hautes technologies, il a pu commencer à mesurer l'impact que ces dernières pouvaient avoir sur nos vies, ainsi que le degré d'emballement de l'innovation technique...

Bienvenue Philippe sur le très discret et prisé Culture et justice Ph.P.

Interwiew réalisée par notre ami Mark Zellweger (Cliché photographique ci-dessous)

 

 

                                                                              Mark Zellweger

 

Phil Smans, qui êtes-vous ?

En réalité mon vrai nom est Philippe Smans, mais beaucoup de mes amis ont prit l'habitude de m'appeler Phil. Je suis né à Bruxelles en 1957. Ingénieur de formation, j'ai travaillé environ 20 ans dans des industries à la pointe de la technologie, avant de me tourner vers l'enseignement en Haute Ecole et pour les institutions européennes, ainsi que le conseil en société.

D’où vient votre envie d’écrire ?

D'une expérience particulière vers le milieu de la décennie 1990. Je travaillais sur la mise en place d'une norme à caractère technique et organisationnel assez complexe. Dans ma volonté de collecter le maximum de renseignement sur le sujet, j'achetais tout ce qui se publiait en la matière. Le contenu était parfois utile, mais le style était le plus souvent navrant, plat et rébarbatif. Un peu comme si ces auteurs mettaient un point d'honneur à rendre le sujet encore plus complexe et repoussant. C'est alors qu'avec un ami, Gilles Ver Elst, nous avons eu l'idée d'écrire un livre sur le sujet. Nous maîtrisions les aspects techniques, et nous sommes partis nous mettre quelques jours au vert pour "pondre" le livre. Ce dernier comprenait plusieurs cas d'études, à l'américaine, destinés à illustrer de manière concrète et vivante certains aspects complexes. Chaque cas d'étude était conçu comme un mini-roman, avec des personnages, leurs caractères, des situations, des sentiments. J'y avais pris beaucoup de plaisir, d'autant plus que ce livre a été un succès formidable, publié en trois langues dans plusieurs pays. Le feedback était unanime: les petites histoires, vivantes, apportaient véritablement un "plus". Un éditeur parisien a alors eu vent du livre, et il nous a demandé d'écrire un livre qui ne soit pas simplement illustré par des histoires, mais qui soit en lui-même une histoire "business". L'idée nous avait plu, mais ce projet n'a jamais été mené à terme.

Pourquoi publier des polars? Et quel genre dans le Polar?

Le polar permet de restituer une tension, et la vie est faite de tensions. Recréer une appréhension, un suspense, c'est quelque chose de magique. Depuis plus d'une dizaine d'années, je travaille régulièrement avec un personnage étonnant, Philippe Leman. Il s'est fait une spécialité de raconter des histoires à un public de dirigeants, et d'utiliser ce "storytelling" afin de faire passer des messages managériaux de manière percutante à un public littéralement "pris" par la tension se dégageant de l'histoire. L'histoire du sauvetage de l'équipage d'Apollo 13, par exemple, même si ce n'est pas un polar, est un extraordinaire suspense dont on peut tirer maintes leçons applicable à la gestion d'équipes en entreprise. A titre personnel, comme je suis fasciné par l'évolution technologique spectaculaire que nous vivons, j'adore le genre "techno-thriller", dont les porte-étendards sont des auteurs comme Tom Clancy ou encore Michaël Crichton. Toute avancée technologique présentera toujours le risque d'être utilisée à mauvais escient. Des bons et des méchants, cela a toujours existé, depuis l'aube des temps. La technologie moderne offre une scène inédite à cette confrontation classique. Ajoutons à cela que j'adore exercer mon imagination, créer des situations et des personnages, et nous avons les éléments constitutifs du cocktail.

 

 

Parlez-nous de vos personnages …

Mes deux premiers romans ("La liste Alpha", et "Conjuration Delta", tous deux aux éditions Eaux Troubles) ont les mêmes trois personnages principaux. Parmi eux, Patrick Doyle, un jeune chef de projet d'une société informatique de pointe. C'est un personnage doté d'une forme d'intelligence un peu décalée, d'une curiosité exacerbée, et volontiers provocateur. Sa compagne Judith Mathis partage avec lui la curiosité, ce qui est naturel pour une journaliste. Dotée d'un caractère fort, elle est plutôt d'un naturel indépendant, et elle fait preuve d'un professionnalisme sans faille dans son domaine. Le troisième personnage est un jeune inspecteur de police, doté d'un instinct hors du commun, et d'une intuition particulièrement vive. L'informatisation accélérée du monde policier et judiciaire lui fait parfois regretter la police d'antan, celle du 36, quai des orfèvres.

Y a-t-il des thèmes récurrents dans votre œuvre ?

Outre l'utilisation de nouvelles technologies dans un but potentiellement néfaste, on se retrouvera systématiquement face à certaines questions existentielles ou métaphysiques soulevées par diverses situations. Je prends également plaisir à "revisiter" certains évènements historiques, bien réels, en vue de donner un éclairage particulier à l'intrigue.

Quels sont vos projets littéraires à venir ?

Le troisième roman, avec les mêmes personnages principaux, est en cours d'écriture. L'intrigue du quatrième commence, en parallèle, à se dessiner petit à petit. Mais ce ne sera probablement plus avec les mêmes personnages que les trois premiers. Si vous deviez nous faire une confession … Enfant, j'ai un jour volé une tablette de chocolat dans une épicerie. Je peux l'avouer, car il y a prescription...

 

 

 

Culture et justice rassemble des informations relatives à l’actualité culturelle sur les questions de justice. Histoires, romans, portraits du jour, salon de livres... 

Page indépendante sans but lucratif administrée par Philippe Poisson et Camille Lazare, membres de l'association Criminocorpus.

https://www.facebook.com/pageculturejustice

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE

Tag(s) : #portrait du jour criminocorpus, #Coup de coeur du jour
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :